Défaillance interne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Défaillance interne

Message par Admin le Ven 5 Mar - 16:47

Lors d’un traumatisme, certains débris cellulaires peuvent déclencher des inflammations, suggère une étude publiée dans Nature. Cette découverte expliquerait comment une septicémie apparente peut parfois être causée par un traumatisme grave, même si aucune infection n’est présente.



De graves blessures physiques ou un traumatisme peuvent causer un syndrome de réponse inflammatoire systémique (SRIS), qui se caractérise par un choc et la défaillance de plusieurs organes. Des complications qui surviennent également au cours des septicémies (des infections généralisées) et qui laissent penser que des mécanismes communs, incompris, sont en cause. Les médecins ont d’abord pensé que les SRIS se développent après un traumatisme suite à des infections bactériennes provoquées par le passage dans le sang des bactéries des intestins mais cette hypothèse a été invalidée par diverses recherches.

Dans la revue Nature, des chercheurs du Beth Israel Deaconess Medical Center, à Boston, Etats-Unis, proposent un nouveau mécanisme pour expliquer l’apparition des SRIS lors des traumatismes. Selon eux, les responsables de la réaction inflammatoire sont des débris cellulaires et particulièrement les débris des mitochondries. En effet, l’ADN mitochondrial et l’ADN bactérien présentent de nombreuses similitudes et il n’est pas exclu que cet ADN mitochondrial puisse déclencher des réactions immunitaires lorsqu’il circule dans l’organisme hors des cellules. Les auteurs signalent en effet que lors de chocs violents, de l’ADN mitochondrial est rapidement retrouvé dans le sang circulant, probablement libéré suite à la nécrose des tissus autour de la blessure.

Le fait que l’ADN des mitochondries déclenche une réaction immunitaire s’explique par le fait que ces organites cellulaires sont des pièces rapportées dans l’organisme. Selon la théorie endosymbiotique, les mitochondries étaient autrefois (il y a plus de deux milliards d’années) des protéobactéries qui ont été « capturées » et assimilées par des cellules eucaryotes. C’est pour cela qu’elles possèdent un génome distinct de celui de la cellule. Enfermées, dans le cytoplasme elles ne sont pas en contact avec les acteurs de l’immunité et tout se passe bien. Mais si un choc cause la destruction des cellules et de leurs mitochondries, l’ADN mitochondrial qui a gardé des séquences similaires à celles des bactéries, se retrouvent dans le sang en contact direct avec les gardiens de l’organisme. A ce moment là se déclenche la réaction de défense à l’origine des SRIS.

J.I.
Sciences-et-Avenir.com

04/03/2010

Admin
Admin
Admin

Messages : 873
Réputation : 74
Date d'inscription : 13/01/2010

http://bio-medical.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum