Le diagnostique de la grossesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le diagnostique de la grossesse

Message par Admin le Ven 15 Oct - 19:53

Le premier et le plus fréquent des signes, c'est le retard des règles. On les attendait pour tel jour et elles ne viennent pas. Quel est le mécanisme à l’origine de l’arrêt des menstruations ?
Quand l’œuf s’implante dans l'utérus, il envoie aussitôt par la voie sanguine un signal, une hormone qui va soutenir le travail de l'ovaire. Elle empêche la diminution des sécrétions qui marquerait la fin du cycle et déclencherait la survenue des règles. Elle est destinée à amplifier l'effort consenti par l'ovaire qui a ovulé. On le trouve souvent, à l'échographie, porteur d’un petit kyste. Cela témoigne du supplément de stimulation, et ce n'est pas pathologique. Il s'effondre quand le placenta prend le relais de l'ovaire au troisième mois de grossesse.
Les autres signes sont moins fréquents et plus variables d'une femme à l'autre :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Les autres signes


Les nausées


Elles surviennent dès le matin et sont parfois très désagréables car elles ne vous lâchent pas de toute la journée. On souhaiterait pouvoir vomir pour être soulagée. Absentes, on a remarqué qu'elles vous manquaient. "Je ne vomis pas, docteur, c'est normal ?". Ne vous inquiétez pas. Ça n'est pas pour autant que la grossesse risque d'échouer. La prochaine fois, elles ne vous laisseront pas de répit...Les traitements sont relativement efficaces sur les vomissements mais leurs effets secondaires, fréquents, à type de somnolence et de lassitude, nous font hésiter à les prescrire pour de petites nausées. D'autres fois, ils ne soulagent pas complètement. Persiste alors ce petit fond nauséeux qui colore tous les instants. Il faut néanmoins les soigner dés leur apparition, et utiliser à cette occasion des molécules sous des présentations, les suppos par exemple, qui ne risquent pas elles-mêmes d'être vomies. Quand les spécialités pharmaceutiques ne sont pas efficaces ou sont redoutés pour leurs effets secondaires, on peut avoir recours à de la phytothérapie. Ce symptôme ne persiste que très rarement au delà du premier trimestre.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
C'est un symptôme bien connu des patientes dès leur seconde grossesse. C'est une sorte de lassitude du soir. S'écrouler dès 20 heures le soir, devant le télé ou même, ça s'et vu, à table. Pas grand chose à proposer pour y remédier. Dans le fond, peut être n'est pas si désagréable, de le laisser débarrasser tout seul..
Les seins tendus


C’est impressionnant parfois. Attention aux vergetures, protégez votre peau très tôt à l'aide de crèmes. A celles qui se plaignaient d'avoir des petits seins, prenez une photo, vous ne reverrez pas ça de sitôt. Quant aux autres, tenez bon, dans deux à trois mois, c'est fini.
Le brunissement de l'aréole, le bout du sein


Déjà plus sombre que la peau, il fonce d'avantage dès les premières semaines.

Les pertes blanches
C'est un signe très répandu. Les sécrétions ne sont le reflet d'aucune inflammation Elles ne s'accompagnent, en général, ni de démangeaisons, ni de brûlures. Elles ne sont pas malodorantes. Elles sont simplement plus importantes que d'ordinaire.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



La consultation
Bien, munie de vos doutes, le plus souvent aussi de vos espoirs, vous consultez un médecin. Il va avoir le plus grand respect pour vos constatations, mais il doit les confirmer :

  • Avec le spéculum, il observe le col de l'utérus, sa couleur s'est modifiée, plus violacée. Sur les parois du vagin, il retrouve les pertes blanches dont vous lui aviez fait part et dans le col, très peu de glaire.
  • Au touché vaginal, si la grossesse est jeune, elle n'aura pas encore gonflé l'utérus, mais elle l'aura peut-être déjà rendu un peu mou.

“Madame, dit-il en jetant le doigtier, vous êtes probablement enceinte mais l'examen clinique ne pouvant l'affirmer complètement à ce stade, je vous propose de faire appel aux techniques modernes”.
Deux possibilités s'offrent alors à votre médecin : vous ordonner une prise de sang, au laboratoire, où l'on recherchera ce signal, cette hormone sécrétée par l’œuf dés sa nidation ou bien faire pratiquer une échographie.
En deux mots, pour ne pas risquer de vous lasser, ce qu'est l'échographie :
La sonde que l'on applique sur la peau est faite de plusieurs émetteurs disposés côte à côte. Quand l'un d'entre eux émet un ultrason, celui-ci pénètre les tissus jusqu'à ce qu'il soit arrêté par une structure et réfléchi. Il est alors renvoyé en direction de la sonde, comme un faisceau lumineux par un miroir. Plus la structure est éloignée, plus il prendra de temps à revenir. L'ordinateur contenu dans la machine converti ce temps en distance par rapport à la sonde. Il indique alors par un point la structure en question, à la distance calculée. Les autres émetteurs contigus sur la sonde constituent plusieurs lignes parallèles les unes aux autres. Elles couvrent ainsi tout l'écran.
Il se forme donc un dessin formé de milliers de points et représentant une coupe de l'endroit où l'on a placé la sonde.
Votre praticien a depuis quelques années à sa disposition des sondes qui lui permettent de détecter très tôt la présence de la grossesse. De plus, on est dispensé d'avoir une vessie pleine. Ces sondes sont dites endovaginales. Elles sont miniaturisées, placées au bout d'un guide que l'on introduit dans le vagin.
Bien que l’on ait encore aucune preuve de leur danger, il ne faut pas abuser de l’échographie en début de grossesse. Quand on utilise ces nouvelles sondes, à hautes fréquences, très prés de l’embryon, on doit limiter la puissance du signal et le temps de l’examen.
Pour en savoir plus sur l'échographie, sur ses possibilités et limites, consultez le petit livre de l'échographie de grossesse, dans ce même département.
Le signal sanguin précède de trois jours environ le retard de règles, l'échographie elle, le suit d'autant.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


La déclaration


L'interrogatoire


Votre médecin est formel, vous êtes enceinte. Il va procéder si ce n'est déjà fait à un interrogatoire, sur les maladies éventuelles que l'on rencontre dans votre famille et dans celle de votre mari, sur vos maladies propres, passées ou présentes, sur le nombre et le déroulement de vos grossesses et accouchements. Pensez à lui signaler tout ce qui vous semble pouvoir le renseigner. Il ne sera jamais trop renseigné sur vous. Parfois, pour déterminer si un problème déjà survenu dans vos familles a des chances de se produire de nouveau, votre médecin vous adressera en consultation dite de conseil génétique. Il y en a dans toutes les régions sanitaires et c'est très utile pour vous rassurer. Enfin, il va vous examiner, vous peser, vous mesurer et vous ausculter.

Les imprimés
Il faut déclarer la grossesse, à l'organisme de sécurité sociale pour recevoir votre carnet de maternité, à la caisse d'allocations familiales qui vous délivrera les primes (autour de mille francs par mois jusqu’au troisième mois après l'accouchement) et à l'employeur si nécessaire. FemiWeb a fait une liste des avantages sociaux dont vous pouvez bénéficier en fonction de votre statut familial et social. Consultez le dans le département services, FemiPratique (aides).
Il va aussi vous prescrire des analyses biologiques.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


A quoi servent les analyses qu'on vous prescrit en début de grossesse ?



  • Certaines d’entre elles exploraient les fonctions essentielles de votre organisme. Êtes-vous anémiée, vos reins, votre pancréas fonctionnent-ils bien ? Les mesures d’économies décidées récemment les ont jugées inutiles. Elles ont conservé la recherche d’une maladie grave certes mais rarissime, la syphilis.
  • Les autres vont prendre date en quelque sorte. Le groupe sanguin si on doit vous transfuser, l'acide urique pour juger de son évolution en cas d'hypertension.
  • Les dernières explorent des marqueurs dont on aimerait qu'ils n'évoluent pas. Je m'explique : on va rechercher dans votre sang des anticorps, substances fabriquées par les défenses de l'organisme en réponse à deux infections, rubéole et toxoplasmose, absolument bénignes pour l'adulte, mais catastrophiques pour le fœtus. Si elles sont présentes, cela signifie que vous avez déjà eu ces maladies et que votre corps saura vous en défendre en cas de nouvelle infection. Le fœtus ne risque donc pas d'en souffrir. Si c'est négatif, on testera chaque mois le sang pour détecter au plus tôt l’apparition de l'infection et la traiter immédiatement. On doit aussi savoir si vous n'êtes pas porteuse d'une hépatite, la B en particulier qui est transmissible à l'enfant si votre corps n'a pas pu guérir convenablement. Quand on le sait, il suffit de vacciner l'enfant à la naissance et il est protégé.

Dernière précision : on détermine votre groupe sanguin et la présence ou non sur les globules rouges du facteur rhésus (le nom provient d'une race de singe, et non d'un employé des postes). S'il est absent, vous êtes rhésus négatif. Si votre compagnon, lui, le possède, votre enfant peut, comme son père, en être porteur. Votre système immunitaire, s’il était mis en contact avec le sang de votre enfant, le considérerait comme étranger et, pour se défendre, fabriquerait des substances contre lui, appelées agglutinines. Elles détruiraient les globules rouges du fœtus, qui s'en retrouverait anémié. Si vous êtes dans ce cas, il faudra surveiller l'apparition de ces agglutinines.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




*Respectez la charte et les règles du forum* *La présentation des nouveaux membres est obligatoire* *Pas de language de type SMS et FLOOD*

Admin
Admin
Admin

Messages : 873
Réputation : 74
Date d'inscription : 13/01/2010

http://bio-medical.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum